jeudi , 26 novembre 2020

Les exercices interactifs dans les situations d’apprentissage et évaluation

Introduction : 

Évaluer consiste essentiellement à fournir des informations à différents destinataires : élève(s), professeur, parents, administration scolaire, société… surtout en vue de prendre des décisions : proposer des activités d’apprentissage, de soutien ou de remédiation ; décerner un diplôme ou certifier de la maîtrise de compétences ; transformer les méthodes et les modalités de l’enseignement ; etc. évaluer, c’est toujours et principalement donner une note. Et il faut préciser qu’il ne peut s’agir d’évaluer de la même façon dans tous les cas. L’évaluation, en effet, même si elle porte sur le même objet, à savoir une production d’élève, comporte des fonctions différentes : pédagogique, sociale et institutionnelle.

Et avec les avancées technologique l’évaluation a pris autre dimension que celui des exercices à table (en classe et présentielle), et nous nous sommes trouvés contraint d’adopter les nouvelles technologies dans l’acte de l’évaluation. D’où l’apparition des fameuses évaluations en ligne et exercices interactifs.

L’évaluation en ligne et les exercices interactifs : 

Une évaluation en ligne n’est pas très différente de l’évaluation dite « traditionnelle » on peut trouver plusieurs similitudes entre elles à savoir ; l’objectif de donner une note ; et prendre des décisions sur la base de ces données numériques obtenues, les différences entre eux se résument dans le support qui est soit un ordinateur ou un écran tactile, et le lieu de l’exécution qui est (et n’est pas nécessairement) indépendant de l’école.  

Les exercices interactifs sont un ensemble d’activités (devoirs) donné à un élève en application de ce qu’il a précédemment appris afin de valider ses connaissances, avec un feed-back instantané, et une autocorrection, et sans que la note (si elle est donnée) ne soit un outil de prise de décision.

L’évaluation en ligne ou les exercices interactifs sont une suite de la digitalisation de l’enseignement et l’adoption de l’e-learning, en plus on peut (si on veut) les introduire dans l’enseignement classique présentielle vue que ses deux procédés nous permettent de gagner en autonomie d’apprentissage, surtout les exercices interactifs avec leurs feed-back instantanés ; la possibilités de refaire l’exercices plusieurs fois (selon sa configuration) ; les commentaire et les compléments d’explication qui les accompagnent et l’absence du sens de réussite et d’échec, apportent un peu d’aisance dans l’apprentissage et le rendent un peu plus agréable. Sans oublier que ces exercices interactifs s’ils sont mal utilisés peuvent apportés des résultats négatifs, donc il faut bien choisir la ou les situations d’apprentissages et les activités d’exercices afin d’atteindre les objectifs prédéfinis.

La situation d’apprentissage et évaluation : 

Pour bien réussir son opération d’enseignement apprentissage que ce soit en mode e-learning (totalement en ligne) ou en mode hybride (alternance ente le présentielle et en ligne) il est préférable de procéder par S.A.E la situation apprentissage et évaluation et ce dans le but que nous puissions penser enseignement dans toutes nos activités même en évaluant. 

La situation d’apprentissage et d’évaluation ou simplement S.A.E se définit comme un ensemble constitué d’une ou plusieurs tâches à réaliser par l’élève en vue d’atteindre le but fixé. Elle permet : à l’élève, de développer et d’exercer une ou plusieurs compétences disciplinaires et transversales ; à l’enseignant, d’assurer le suivi du développement des compétences dans une perspective d’aide à l’apprentissage. Elle est donc centrée sur l’élève et préconise une approche constructiviste ou socioconstructiviste à l’école.

Au cours de la réalisation d’une S.A.E et des activités qu’elle implique, l’élève devra résoudre un ou des problèmes et accomplir une série de tâches visant le développement de compétences spécifiques. Rappelons qu’une compétence est un savoir-agir fonder sur la mobilisation et l’utilisation d’un ensemble de ressources, dont les savoirs (ou connaissances déclaratives, procédurales, conditionnelles), les savoir-faire (ou habiletés et habitudes, processus et démarches), et enfin les savoir-être (comportement, attitudes, croyances, etc.)

Une S.A.E sera significative si : elle rejoint les orientations du Programme de formation, touche les centres d’intérêt des élèves et pose des défis à leur portée tout en permettant de mettre en évidence l’utilité des savoirs.

Une S.A.E comportera des suggestions de méthodes de travail et des instruments d’évaluation formative (tout au long du processus de réalisation du projet ou de l’activité). Elles doivent également s’inscrire en relation avec les domaines généraux de formation communs aux différentes disciplines et traiter d’un contenu disciplinaire.

Une S.A.E. bien pensée nous facilitera le développement nos exercices interactives, le choix du type de l’exercice, et l’outils technologique à utiliser.

La qualité d’un exercice interactif peut s’évaluer en fonction de la quantité et de la qualité des informations reçue. Il est donc capital de poser des questions (les bonnes !) lors de la validation des connaissances. Les questions seront nécessaires à tous les niveaux la S.A.E : il faudra les adapter et utiliser certains types de questions en fonction de la compétence que l’on veut développer.

Les types de questions : 

La façon de poser les questions d’un exercice interactif est probablement déterminante. Une bonne préparation préalable avec un objectif clair, permettront d’être efficace. Il faut préparer à l’avance des listes de questions régulièrement.

De très nombreuses tentatives de classifier les types de questions ont été faites. Nous retenons ce qui nous semble le plus pratique. La richesse de l’exercice sera liée à la variation des types de questions et à l’implication que nous mettrons dans les feed-back.

  • Les questions ouvertes
  • Les questions fermées
    • Alternatives (oui-non)
    • Informatives
    • A choix multiples
  • Les questions suggestives

 

  • Les questions ouvertes :

Rester attentif à ne pas dévier des objectifs prévus si l’apprenant écrit un peu trop que ce qu’on demande. Il faut anticiper par des expressions de synthèse.

Comment, que, pourquoi, en quoi, à quoi … ? De quelle manière, de quelle façon ? Qu’est-ce que … ?

Quand et pourquoi les utiliser ?

  • En début de la S.A.E.
  • Pour créer une discussion en ligne.
  • Pour demander des précisions.

 

  • Les questions fermées :

Les réponses ne donnent pas d’explications.

Exemple : OUI ou NON

Etes-vous … ?

Est-ce que vous … ?

Avez-vous … ?

Certains didacticiens considèrent que toute question donnant une information précise est fermée.

Exemple : un nombre, un endroit, un nom, …

On parle de questions informatives

Qui, quand, où, combien, lequel ?

Les questions à choix multiples sont également des questions fermées. Elles guident l’exercice.

Ça ou ça ?

 Ça, ça ou ça ?

Cela permet de guider une S.A.E dans une direction souhaitée.

 

Quand et pourquoi les utiliser ?

  • La demande d’engagement est un moment privilégié.
  • Pendant le déroulement de la S.A.E pour obtenir des accords partiels.
  • Pour avoir des informations précises.
  • Elles peuvent servir à orienter la S.A.E en fonction des avis de l’apprenant.

 

  • Les questions suggestives 

Cherchent à influencer la réponse et mettre l’apprenant vers le chemin de l’objectif de la S.A.E.

Ce sont des questions à utiliser avec prudence. Elles sont très vite perçues comme manipulatrices et s’opposent à l’empathie. On risque de perdre une partie de l’information. Les réponses peuvent être plus ou moins évasives. Il faut être certain des réponses.

Il y a différents types :

  • Interro-négatif :

Ne trouvez-vous pas que … ?

Ne pensez-vous pas que … ?

Dans le cas d’un apprenant peu expressif :

  • Question-réponse :

Pourquoi hésitez-vous ? Parce que vous n’êtes pas rassuré sur sa fiabilité ? Pourquoi l’appréciez-vous ? 

  • Auto-affirmation :

C’est clair ?

 On fait comme cela ?

Quand et pourquoi les utiliser ?

Pour réorienter le sens d’atteinte des objectifs.

Pour mettre une certaine pression avant d’orienter vers une idée.

Pas au début de la S.A.E.

Après avoir préparé son S.A.E selon les compétences à développer et choisir les types de questions à utiliser selon les connaissances et habilité à valider, on doit les scénariser avant de passer à la phase de développement, la scénarisation de l’exercice interactif n’est que la rédaction (noir sur blanc) de l’exercice (qui peut contenir plusieurs types de questions) : consignes ; énoncé ; contenu ; correction ; feed-back ; complément d’explication ; indications.

Les outils technologiques : 

Une fois ces éléments en place on passe à la phase de développement, pour cette phase nous allons choisir l’outil technologique convenable, le choix de l’outils est régi par la nature du système mise en place (e-learning ; hybride) et les moyens techniques qu’on a (plateforme ; site internet ; connexion internet ; seulement pc ou écran tactile sans connexion internet).

(Les outils suggérés sont à titre indicatif, et sont les plus utilisés)

Si nous disposons d’une plateforme de formation à distance bien paramétrée l’outils le plus adéquat est H5P qui est un plugin qui s’installe dans la plateforme et nous permet de récolter les résultats des apprenants les traiter et discuter avec eux, vu que la plateforme nous offre la possibilité d’inscrire des apprenant et de suivre leur parcours de formation.

                       H5P lien : https://h5p.org/  

Dans le cas où nous avons seulement un site internet de l’établissement, nous allons choisir des outils qui génère de pack HTML  ou des code EMBED afin de les intégrer facilement, des solution en ligne comme h5p (précédemment cité), ActivePresenter est une solution Desktop (installable) qui nous permet de travailler off line et générer des pack HTML afin des les héberger sur un site internet, Opale scenarii, et Hot potatoes.

                     ActivePresenter lien : https://atomisystems.com/activepresenter/

                     Hot potatoes lien : téléchargement

                     Opale scenarii : https://download.scenari.software/fr/

Et si nous ne disposons que d’une connexion internet, et pas de site où héberger nos projets interactifs, on peut se satisfaire des outils Forms de Google et de Microsoft.

                      Google Forms

                      Microsoft Forms

Afin de réaliser des questionnaires en ligne sous forme d’exercices interactifs, avec ces deux outils nous avons la possibilité de récolter les réponses et pouvoir les traiter individuellement ou de paramétrer les questionnaires pour fournir une autocorrection et des feed-back instantané. Ces outils sont accessibles depuis la boite de messagerie pour Google Forms et depuis les applications de Office 365 pour Microsoft Forms.

Si jamais nous devons travailler en off line, c’est à dire sans connexion internet nous pouvons choisir les solutions techniques cités en haut :

                      ActivePresenter lien : https://atomisystems.com/activepresenter/

                      Hot potatoes lien : téléchargement

                      Opale scenarii : https://download.scenari.software/fr/

Ces outils que nous venons de citer, ne sont qu’à titre indicatifs et sont les plus facile à manipuler, vous pouvez trouver plusieurs autres solutions qui vous servirons dans la réalisation de vos exercices interactifs.  

Un exercice interactif ne peut permettre l’atteinte des objectifs tracés pour la S.A.E sans une utilisation pertinente des outils techniques et une ingénierie pédagogique bien élaborée.

Tout est question de conception, le développement n’est qu’une question de clic.

Khalid bahjaoui

Coordinateur du pôle technology

FADEEP

 

Webographie :

http://sites.estvideo.net/gfritsch/doc/rezo-cfa-308.htm

https://fr.wikipedia.org/wiki/Situation_d%27apprentissage_et_d%27%C3%A9valuation

http://www.ins.tn/sites/default/files/pdf_actualites/types-questions.pdf

error: Content is protected !!